fbpx
Home / Non classé / Maladie de Parkinson : tout ce qu’il faut savoir
maladie de Parkinson
Tout ce qu'il faut savoir sur la maladie de Parkinson

Maladie de Parkinson : tout ce qu’il faut savoir

La maladie de Parkinson est une maladie très fréquente qui atteint de nombreuses personnes en âge avancé. Plus de 4 millions de personnes sont atteintes de cette maladie dans le monde. C’est une maladie qui atteint les neurones, entraînant la perte progressive des cellules nerveuses. Elle se manifeste de manière différente chez chaque personne atteinte. Les causes exactes de la maladie restent toujours inconnues, cependant, des traitements permettent de réduire son évolution. Retrouvez dans cet article, les essentiels à savoir sur la maladie de Parkinson.

Définition

La maladie de Parkinson est une maladie qui affecte, en général, les personnes âgées. Elle est définie comme une maladie de la vieillesse. L’âge moyen des personnes qui sont sujettes à cette maladie est entre 45 et 70 ans. Il s’agit d’une dégénération progressive des neurones responsables de la commande des mouvements. En effet, les cellules nerveuses perdent petit à petit leur capacité. Ces cellules sont situées dans une région du cerveau appelée substance noire ou locus de niger.

Les neurones produisent des groupes de neurones appelés « dopamine ». Ce sont ces groupes de neurones qui agissent en tant que messager chimique entre les cellules et sont responsables du contrôle de chaque mouvement précis. Lorsqu’une personne rencontre des troubles progressifs, dont le ralentissement des mouvements, les tremblements, la rigidité des muscles ainsi que les troubles cognitifs, cela implique qu’il y a un déficit de la dopamine. D’où la maladie de Parkinson.

Il est cependant à noter que les causes exactes de cette maladie n’ont pas complètement été définies jusqu’à ce jour. Généralement, c’est après une disparition de plus de 50 % des cellules nerveuses que les symptômes se font remarquer.

Les symptômes de la maladie

La maladie de Parkinson est caractérisée par trois principaux symptômes, dont le tremblement des membres, la rigidité musculaire et le ralentissement des mouvements. Toutefois, une personne peut développer des symptômes différents d’une autre personne, dépendant notamment de l’importance des neurones qui ont perdu leur fonction.

Bien que ¼ des malades ne présentent pas de symptômes de tremblements, la plupart des premiers signes de maladie de Parkinson constatée commencent par des tremblements rythmiques des membres supérieurs et qui sont difficilement contrôlables. Avec le temps, ces symptômes se font remarquer sur d’autres membres dont les jambes et également la tête. Lorsque la personne est au repos, les symptômes disparaissent.

symptômes maladie de parkinson

La maladie de Parkinson se développe petit à petit. Et au fur et à mesure que l’état du malade se dégénère. D’autres symptômes peuvent apparaître comme la rigidité des membres ainsi que la lenteur des mouvements appelée bradykinésie. Elle peut alors se manifester par l’incapacité à effectuer des petits gestes quotidiens comme boutonner une chemise, faire des lacets, saisir des pièces d’argent, se déplacer, utiliser des cuillères et des fourchettes…

Autres signes

D’autres symptômes peuvent aussi démontrer la maladie de Parkinson, notamment au niveau psychique comme un trouble de l’anxiété ainsi que la dépression. Une difficulté à parler, difficulté à avaler, mais encore des troubles du sommeil sont définis comme des signes de la maladie.

Les complications

La maladie de Parkinson est une maladie qui est de plus en plus fréquente. Cette maladie peut évoluer et des complications peuvent bien se manifester. Les possibles complications de la maladie sont notamment l’apparition de plusieurs autres symptômes causés par l’augmentation de la disparition de plus en plus de cellules responsables de la production de dopamine.

Toutefois, il est rare que la maladie soit à l’origine de la mortalité, bien qu’un malfonctionnement des muscles du cœur est à craindre. Par ailleurs, la perte de mémoire, la démence, mais aussi la difficulté à s’orienter ainsi que la confusion peuvent aussi se développer au fur et à mesure que le temps passe.

Il existe d’autres cas de complications dont le relâchement des muscles de la vessie, ce qui conduit le patient à uriner le plus souvent. Elle peut également conduire à des cas de constipation.

Le dépistage de la maladie

Pour dépister la maladie de Parkinson, les médecins procèdent à des tests. Généralement, les neurologues sont en charge des tests qui consistent à faire quelques évaluations pour mesurer la lenteur des mouvements ainsi qu’une hypertonie plastique. D’autres séries de tests sur la rapidité des mouvements répétés sont aussi effectuées. L’idée est de déceler la différence entre le côté anormal avec celui qui ne l’est pas. Le spécialiste fait aussi un constat des mouvements de flexion et de marches. En outre, il procède également à la vérification des mouvements des yeux et de certains réflexes naturels.

Les traitements

De nombreux traitements médicamenteux peuvent être prescrits pour traiter la maladie de Parkinson. Il peut aussi être différent d’un patient à un autre. D’ailleurs, l’efficacité du traitement n’est pas toujours les mêmes sur les nombreuses personnes atteintes.

Le médicament le plus reconnu pour son efficacité dans le traitement de cette maladie est la Levodopa ou L-Doppa. Ce traitement permet en effet d’améliorer les troubles de la motricité. Cependant, il n’est efficace que sur certains symptômes, dont la lenteur, la rigidité et les tremblements. Il faut tout de même noter que malgré l’efficacité de ce médicament, la maladie peut évoluer avec d’autres symptômes, donc l’augmentation de la dose s’avère indispensable au fil de son évolution.

D’autres traitements comme les agonistes dopaminergiques peuvent aussi être administrés. Ils ont pour rôle d’assurer les mêmes fonctions que la dopamine. La différence de ce traitement par rapport à la L-Dopa est sa capacité à traiter d’autres symptômes autres que les problèmes de motricité, telle que la dépression.

Les préventions

Jusqu’à ce jour, les chercheurs et les médecins n’ont pas encore pu établir de véritables moyens de prévention de la maladie de Parkinson. Cependant, des études ont démontré que les personnes qui consomment des boissons caféinées à une dose modérée peuvent être protégées de la maladie. La prise d’hormones et de café, en même temps, peut cependant augmenter le risque de développer la maladie chez les femmes d’un certain âge.

Sources

https://www.franceparkinson.fr/la-maladie/traitements/traitements-medicamenteux/

https://eurekasante.vidal.fr/maladies/systeme-nerveux/maladie-parkinson.html?pb=symptomes

About Mathilde de Givry

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *