Home / Arthrose / Une relation étroite entre l’alimentation et l’arthrite

Une relation étroite entre l’alimentation et l’arthrite

Manger sainement est essentiel pour tout le monde. Si vous souffrez d’arthrite, l’apport des bons nutriments peut avoir un effet positif sur votre santé et contribuer à atténuer les symptômes de la maladie. L’embonpoint augmente l’inflammation.  De plus, pour chaque kilo de poids excédentaire, une pression supplémentaire est appliquée sur les articulations raides et enflées. Une alimentation saine vous aidera à perdre du poids et à maintenir des os, des articulations et des tissus sains. Vous allez découvrir que l’alimentation et arthrite possède une liaison étroite.

Alimentation et arthrite

L’alimentation et arthrite sont intimement liées. La recherche suggère que ce que nous mangeons peut influencer le développement, la progression et les symptômes de certains types d’arthrite et de maladies connexes. Un régime méditerranéen composé de fruits, de légumes, d’huile d’olive, de haricots, de noix et de graines peut, par exemple, atténuer la douleur de l’arthrite en fournissant à l’organisme de puissants nutriments anti-inflammatoires.

En outre, la consommation d’aliments transformés riches en sucre et en gras ainsi que de malbouffe augmente l’inflammation et aggrave les symptômes de l’arthrite, en plus de prédisposer l’organisme à d’autres maladies chroniques.

La bonne nouvelle, c’est que de nombreuses études ont établi un lien entre l’alimentation, les suppléments alimentaires (comme les vitamines, les minéraux et les acides gras) et certains types d’arthrite et de maladies connexes comme la goutte, la polyarthrite rhumatoïde (PR) et l’ostéoporose.

Goutte

De tous les types d’arthrite, la goutte est celle qui est la plus directement liée à l’alimentation. Le corps décompose normalement les substances appelées purines présentes dans de nombreux aliments, formant de l’acide urique.

Les personnes atteintes de goutte ont de la difficulté à éliminer cet acide urique ou à le produire en trop grande quantité, ce qui entraîne la formation de cristaux d’acide urique dans les articulations et les tissus. Ces dépôts provoquent des inflammations et des douleurs intenses. Avoir la goutte augmente le risque de développer des maladies cardiaques et le diabète, donc suivre un régime pauvre en graisses saturées est la clé de la gestion de la goutte.

Quoi manger ?

Des études montrent que la consommation de cerises acides peut aider à diminuer la fréquence des crises de goutte. Les chercheurs constatent que les substances appelées anthocyanines des cerises ont des effets anti-inflammatoires. On trouve des anthocyanines dans les fruits rouges et violets, comme les fraises, les framboises, les mûres et les bleuets. Cependant, les cerises acides contiennent les niveaux les plus élevés. Les légumes, les légumineuses, les noix et les fruits (moins sucrés comme le pamplemousse, le melon, l’ananas et les nectarines) et les céréales complètes sont des choix sains qui peuvent aider à gérer les effets de la goutte. La consommation de café et de lait (en particulier de lait écrémé) est associée à un risque moindre de goutte.

Ce qu’il faut éviter

Les aliments à teneur élevée en purine, y compris les organes carnés (comme le bœuf, le porc et l’agneau), la plupart des poissons et des mollusques, ainsi que les bouillons et sauces à base de viande. Les boissons gazeuses sucrées au sucre et les produits à base de fructose augmentent les niveaux d’acide urique. Il existe un lien important entre la consommation d’alcool, en particulier de bière, et un risque accru de crises de goutte.

Polyarthrite rhumatoïde (PR)

Dans la PR, le système immunitaire attaque les tissus de l’organisme, en particulier la synoviale (la membrane mince qui tapisse les articulations). Cela entraîne une inflammation articulaire, de la douleur et des lésions articulaires possibles.

Quoi manger ?

Un régime méditerranéen à base d’aliments d’origine végétale (fruits, légumes, noix, graines et haricots), d’huile d’olive et de poisson. Ce dernier contient des acides gras oméga-3 qui réduisent l’inflammation systémique (corps entier). Deux d’entre eux sont appelés EPA et DHA. Si vous préférez omettre ou n’aimez pas le poisson, procurez-vous du soja (tofu ou edamame), des noix, des graines de lin, des olives et leurs huiles respectives.

Si vous prenez des suppléments d’huile de poisson, la dose recommandée d’acides gras essentiels est de 3,8 g/jour d’EPA et de 2 g/jour de DHA. La recherche montre que certaines huiles végétales comme la bourrache et l’onagre de printemps peuvent également soulager les symptômes de la PR. Consultez votre médecin avant d’ajouter des suppléments d’huile à votre alimentation.

Ce qu’il faut éviter

Les gras saturés (d’origine animale, comme le beurre, le saindoux et les viandes) et les gras trans (abondant dans certains aliments de restauration rapide, produits transformés et aliments vides). Les deux augmentent le cholestérol sanguin et la production de protéine C réactive, qui est un indicateur d’inflammation. Le sucre augmente également l’inflammation.

Arthrose

L’arthrose se caractérise par l’usure du cartilage. Au fur et à mesure que le cartilage s’use, les os commencent à se frotter les uns contre les autres, causant raideur, douleur et mobilité réduite. Pour réduire la douleur causée par l’arthrose, il est essentiel de maintenir un poids adéquat par l’exercice et une alimentation saine.

Selon la recherche, perdre aussi peu que 5 kg réduit le risque de développer l’arthrose du genou de 50 %. La perte de demi-kilos soulage de deux kilos de pression sur les articulations enflées et douloureuses.

Quoi manger ?

Une étude a révélé en 2013 qu’un composé appelé sulforaphane pourrait être la clé pour prévenir la progression de l’arthrose. Cette substance se trouve dans les choux de Bruxelles, le chou et surtout le brocoli. Elle ralentit la destruction du cartilage dans les articulations atteintes d’arthrose. Certaines vitamines présentes dans certains aliments, qui peuvent aider à ralentir la progression de la maladie, le sont :

  • Vitamine C, provenant d’aliments comme les agrumes, les fraises, les kiwis, les tomates et les poivrons.
  • Vitamine D, contenue dans les produits laitiers faibles en gras et les céréales enrichies.
  • La vitamine K, que l’on trouve en grande quantité dans le jaune d’œuf, les produits laitiers faibles en gras, les légumes à feuilles vertes et le brocoli.

Ce qu’il faut éviter

Les gras saturés, les gras trans et le sucre qui provoquent l’inflammation et peuvent entraîner un excès de poids.

Ostéoporose

Lorsqu’une personne souffre d’ostéoporose, les os s’affaiblissent et se brisent facilement. Il existe plusieurs facteurs prédisposant, comme de faibles taux de vitamine D ou d’œstrogènes. Les personnes atteintes d’arthrite inflammatoire ou d’une maladie rhumatismale comme la PR ou le lupus peuvent être plus vulnérables à l’ostéoporose. Les corticostéroïdes comme la prednisone peuvent contribuer au développement de la maladie.

Quoi manger ?

Mangez des aliments riches en calcium, comme des légumes à feuilles vertes et des produits laitiers faibles en gras et enrichis de calcium. La dose quotidienne recommandée de calcium pour les adultes est de 1000 mg. Mais les femmes de plus de 50 ans peuvent avoir besoin de 1200 mg.

Si vous prenez des corticostéroïdes, vous devriez en consommer 1500 mg. Les aliments riches en vitamine D sont tout aussi importants parce qu’ils aident l’organisme à absorber le calcium des aliments. Malheureusement, il est presque impossible d’obtenir toute la vitamine D dont le corps a besoin par l’alimentation.

Heureusement, l’organisme peut produire 10 000 unités internationales (UI) de cette substance après 15 minutes d’exposition au soleil. Si vous ne vivez pas dans un endroit ensoleillé, vous pouvez obtenir de la vitamine D par des suppléments. La dose quotidienne recommandée est de 600 UI jusqu’à l’âge de 70 ans et de 800 UI après cet âge.

À éviter

Une consommation excessive d’alcool, de caféine et de boissons gazeuses peut augmenter le risque de fragilisation des os. Ce qui entraîne l’ostéoporose.

Sources

https://www.passeportsante.net/fr/Nutrition/Dietes/Fiche.aspx?doc=arthrite_rhumatoide_diete

https://arthrite.ca/bien-vivre/bons-plis/bien-manger/votre-guide-alimentaire

About Mathilde de Givry

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *