Home / Maladies auto-immunes / Hépatite auto-immune : qu’est-ce que c’est ?
hepatite Autoimmune

Hépatite auto-immune : qu’est-ce que c’est ?

L’hépatite auto-immune est une inflammation du foie qui survient lorsque le système immunitaire de l’organisme attaque les cellules hépatiques. La cause exacte de l’hépatite auto-immune n’est pas claire. En outre , les facteurs génétiques et environnementaux semblent interagir et causer la maladie avec le temps.

Si l’hépatite auto-immune n’est pas traitée, elle peut former des cicatrices dans le foie (cirrhose). Par conséquent , elle forme une insuffisance hépatique. Cependant , lors d’un diagnostic et d’un traitement tôt, elle se  contrôle avec des médicaments qui suppriment le système immunitaire.

Une greffe du foie peut être une option lorsque l’hépatite auto-immune ne répond pas aux traitements médicamenteux. En outre , ceci est valable dans les cas de maladie hépatique avancée.

Symptômes

Les signes et symptômes de l’hépatite auto-immune varient d’une personne à l’autre et peuvent apparaître soudainement. Certaines personnes ont peu ou n’ont pas de problèmes reconnus au début de la maladie. Par contre , d’autres présentent des signes et des symptômes qui peuvent inclure :

  • Fatigue
  • Malaise abdominal
  • Jaunissement de la peau et du blanc des yeux (jaunisse)
  • Agrandissement du foie
  • Anomalies des vaisseaux sanguins dans la peau (angiomes arachniformes)
  • Éruptions cutanées
  • Douleurs articulaires
  • Absence de menstruations

Quand consulter un médecin ?

Demandez à votre médecin si vous présentez des signes ou des symptômes qui vous préoccupent.

Causes

Attaque bactériens

Elle survient lorsque le système immunitaire qui attaque habituellement les virus, les bactéries et autres pathogènes, affecte le foie. Cette attaque du foie peut entraîner une inflammation chronique et de graves dommages aux cellules hépatiques. On ne sait pas pourquoi le corps s’attaque lui-même. Cependant , les chercheurs croient qu’elle peut être causée par l’interaction des gènes qui contrôlent le fonctionnement du système immunitaire.  L’exposition à certains virus ou médicaments peut aussi être la cause.

Types d’hépatite auto-immune

Les médecins ont identifié deux formes principales d’hépatite auto-immune.

  • Hépatite auto-immune de type 1. Ce type de maladie est le plus courant. Elle peut survenir à tout âge. Environ la moitié des personnes atteintes d’hépatite auto-immune de type 1 présentent d’autres troubles auto-immuns, comme la maladie cœliaque, la polyarthrite rhumatoïde ou la colite ulcéreuse.
  • Hépatite auto-immune de type 2. Bien que les adultes puissent développer une hépatite auto-immune de type 2, elle est plus fréquente chez les enfants et les jeunes adultes. D’autres maladies auto-immunes peuvent accompagner ce type d’hépatite auto-immune.

Facteurs de risque

Les facteurs qui peuvent augmenter votre risque d’hépatite auto-immune sont les suivants :

  • Être une femme. Bien que les hommes et les femmes puissent développer une hépatite auto-immune, la maladie est plus fréquente chez les femmes.
  • Antécédents de certaines infections. L’hépatite auto-immune peut se développer après une infection par la rougeole, l’herpès simplex ou le virus Epstein-Barr. La maladie est également liée à l’hépatite A, B ou C.
  • Prédisposition génétique. Selon les données probantes, il est possible d’hériter d’une prédisposition à l’hépatite auto-immune.
  • Avoir une maladie auto-immune. Les personnes déjà atteintes d’une maladie auto-immune, comme la maladie cœliaque, la polyarthrite rhumatoïde ou l’hyperthyroïdie (maladie de Graves ou thyroïdite de Hashimoto) peuvent être plus susceptibles de développer une hépatite auto-immune.

Complications

Une hépatite auto-immune non traitée peut causer des cicatrices permanentes dans les tissus hépatiques (cirrhose). Les complications de la cirrhose comprennent les suivantes :

Veines dilatées dans l’œsophage (varices œsophagiennes). Lorsque la circulation dans la veine est bloquée, le sang peut revenir par d’autres vaisseaux sanguins, principalement ceux de l’estomac et de l’œsophage. Les vaisseaux sanguins ont des parois minces et, comme ils transportent plus de sang qu’il n’en faut, ils sont plus susceptibles de se rompre et de saigner. Quelques saignements massifs dans l’œsophage ou l’estomac par ces vaisseaux sanguins constituent une urgence qui met la vie en danger et qui nécessite des soins médicaux immédiats.

Les maladies du foie peuvent entraîner l’accumulation de grandes quantités de liquide dans l’abdomen. L’ascite peut être gênante et interférer avec la respiration. C’est habituellement un signe de cirrhose avancée.

Insuffisance hépatique

Foie malsain

Elle survient lorsque des dommages importants aux cellules hépatiques empêchent le foie de fonctionner correctement. À ce stade, une greffe du foie est nécessaire.

Cancer du foie

Les personnes atteintes de cirrhose courent un risque accru de développer un cancer du foie.

Diagnostic

Les tests et procédures utilisés pour diagnostiquer l’hépatite auto-immune sont les suivants :

  • Analyses sanguines. L’analyse d’un échantillon de sang permet la recherche d’anticorps. En d’autres termes , son but est de distinguer l’hépatite auto-immune de l’hépatite virale et d’autres maladies présentant des symptômes similaires. Les tests de dépistage des anticorps peuvent également aider à identifier le type d’hépatite auto-immune dont vous souffrez.
  • Biopsie du foie. Les médecins font une biopsie du foie pour confirmer le diagnostic, déterminer l’étendue et le type des lésions hépatiques. Au cours de l’intervention, une petite quantité de tissu hépatique est prélevée à l’aide d’une aiguille fine. Cette aiguille est ensuite passée au foie par une petite incision dans la peau. L’échantillon est ensuite envoyé à un laboratoire pour analyse.

Traitement

Quel que soit le type d’hépatite auto-immune dont vous souffrez.  En d’autres termes , le but du traitement est de diminuer ou d’empêcher le système immunitaire d’attaquer le foie. Cela peut aider à ralentir la progression de la maladie. Pour atteindre cet objectif, vous aurez besoin de médicaments pour réduire l’activité du système immunitaire. Le traitement initial est habituellement la prednisone. Un deuxième médicament, l’azathioprine peut être recommandé en plus de la prednisone.

La prednisone, surtout lorsqu’elle est prise sur une longue période, peut causer une variété d’effets secondaires graves, y compris le diabète, la fragilité des os (ostéoporose), la fracture des os (ostéonécrose), l‘hypertension artérielle, la cataracte, le glaucome et le gain de poids.

Les médecins prescrivent habituellement la prednisone à forte dose au cours du premier mois de traitement. Ensuite, pour réduire le risque d’effets secondaires, la dose est réduite au cours des prochains mois jusqu’à ce que la dose la plus faible possible qui contrôle la maladie soit atteinte. L’ajout d’azathioprine peut également aider à prévenir les effets secondaires de la prednisone.

Transplantation hépatique

Lorsque les médicaments n’arrêtent pas la progression de la maladie, ou si vous développez des cicatrices irréversibles (cirrhose) ou une insuffisance hépatique, une greffe du foie est la seule option possible.

Lors d’une greffe de foie, le foie malade est enlevé et remplacé par un foie sain provenant d’un donneur. Les foies de donneurs d’organes décédés sont habituellement utilisés pour les greffes de foie. Dans certains cas, une greffe du foie d’un donneur vivant peut être effectuée. Lors d’une greffe de foie d’un donneur vivant, vous ne recevez qu’une partie d’un foie sain d’un donneur vivant. Les deux foies commencent à régénérer de nouvelles cellules immédiatement.

Préparation de votre consultation

Si vous avez des signes ou des symptômes qui vous inquiètent, vous pouvez commencer par demander une consultation auprès de votre médecin de premier recours. Si votre médecin soupçonne que vous souffrez d’hépatite auto-immune, il se peut que vous soyez dirigé vers un spécialiste des maladies du foie (hépatologue).

 

Comme la consultation peut être brève et qu’il y a habituellement de nombreuses questions à discuter, il est bon de se préparer à la consultation. Voici quelques renseignements pour vous aider à vous préparer et à savoir à quoi vous attendre de votre médecin.

Ce que vous pouvez faire

Gardez à l’esprit les restrictions que vous devez respecter avant d’assister à la consultation. Au moment de votre rendez-vous, n’oubliez pas de demander si vous devez faire quelque chose à l’avance, comme prendre soin de vos repas.

  • Notez tous les symptômes que vous éprouvez, y compris ceux qui peuvent ne pas sembler liés à la raison de la visite.
  • Dressez une liste de tous les médicaments, vitamines ou suppléments que vous prenez.
  • Emmenez un membre de votre famille ou un ami avec vous pour vous aider à vous souvenir de tout ce qui a été dit lors de la consultation.
  • Notez les questions à poser à votre médecin.

Sources

https://www.orpha.net/consor/cgi-bin/OC_Exp.php?Lng=FR&Expert=2137

https://www.filfoie.com/glossary/hepatite-auto-immune-2/

About Mathilde de Givry

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *