fbpx
Home / Alzheimer / Causes et facteurs de risque de la maladie d’Alzheimer
facteurs de risque maladie d'Alzheimer

Causes et facteurs de risque de la maladie d’Alzheimer

Les chercheurs croient qu’il n’y a pas une seule cause de la maladie d’Alzheimer. La maladie se développe probablement à partir de facteurs multiples, tels que la génétique, le mode de vie et l’environnement. Les scientifiques ont identifié des facteurs de risque de la maladie d’Alzheimer. Bien que certains facteurs de risque – l’âge, les antécédents familiaux et l’hérédité – ne puissent être modifiés, de nouvelles données indiquent qu’il y a peut-être d’autres facteurs sur lesquels nous pouvons avoir une influence.

Âge

Le plus grand facteur de risque connu de la maladie d’Alzheimer est l’âge. Cependant, la maladie d’Alzheimer ne fait pas partie du vieillissement normal. Bien que l’âge augmente le risque, il n’est pas une cause directe de la maladie d’Alzheimer.

La plupart des personnes atteintes de la maladie ont 65 ans et plus. Après 65 ans, le risque de développer la maladie d’Alzheimer double tous les cinq ans. Après 85 ans, le risque atteint près du tiers.

Antécédents familiaux

Les antécédents familiaux constituent un autre facteur de risque important. Ceux qui ont un parent, un frère ou une sœur atteints de la maladie d’Alzheimer sont plus susceptibles de développer la maladie. Le risque augmente si plus d’un membre de la famille est atteint de la maladie. Lorsque les maladies ont tendance à être familiales, l’hérédité (génétique), les facteurs environnementaux, ou les deux peuvent jouer un rôle.

Génétique (hérédité)

Les scientifiques savent que les gènes sont impliqués dans la maladie d’Alzheimer. Deux catégories de gènes influencent le développement d’une maladie : les gènes à risque et les gènes déterministes. Les gènes de la maladie d’Alzheimer ont été trouvés dans les deux catégories. On estime que moins de 1 % des cas d’Alzheimer sont causés par des gènes déterministes (gènes qui causent une maladie plutôt que d’augmenter le risque de développer une maladie).

Autres facteurs de risque sur lesquels vous pouvez exercer une influence

Bien que l’âge, les antécédents familiaux et l’hérédité soient tous des facteurs de risque que nous ne pouvons pas changer. La recherche commence à révéler des indices sur d’autres facteurs de risque sur lesquels nous pouvons exercer une influence grâce à des choix généraux en matière de mode de vie et de mieux-être et à une gestion efficace des autres conditions de santé.

Blessure à la tête

Il existe un lien entre le traumatisme crânien et le risque futur de démence.  Protégez votre cerveau en bouclant votre ceinture de sécurité, en portant votre casque lorsque vous faites du sport et en protégeant votre maison contre les chutes.

Connexion cerveau et cœur

Certaines des preuves les plus solides établissent un lien entre la santé du cerveau et la santé du cœur. Ce lien est logique, car le cerveau est nourri par l’un des réseaux de vaisseaux sanguins les plus riches du corps. Et le cœur est responsable du pompage du sang par ces vaisseaux sanguins vers le cerveau.

Le risque de développer la maladie d’Alzheimer ou la démence vasculaire semble être accru par de nombreuses affections qui endommagent le cœur et les vaisseaux sanguins. Il s’agit notamment des maladies cardiaques, du diabète, des accidents vasculaires cérébraux, de l’hypertension artérielle et de l’hypercholestérolémie. Collaborez avec votre médecin pour surveiller votre santé cardiaque et traiter tout problème qui pourrait survenir.

Des études sur des tissus cérébraux donnés fournissent des preuves supplémentaires de l’existence d’une connexion cœur-tête. Ces études suggèrent que les plaques et les enchevêtrements sont plus susceptibles de causer les symptômes de la maladie d’Alzheimer s’il y a aussi des accidents vasculaires cérébraux ou des lésions aux vaisseaux sanguins du cerveau.

Vieillissement global en santé

Un axe de recherche prometteur suggère que les stratégies pour un vieillissement en santé peuvent aider à garder le cerveau en santé et même réduire le risque de développer la maladie d’Alzheimer. Ces mesures comprennent une alimentation saine, une vie sociale active, la prévention du tabagisme et de l’abus d’alcool, ainsi que l’exercice physique et mental.

Comment pouvons-nous réduire le risque ?

réduire le risque de la maladie d'alzheimerUn mode de vie saine peut aider à réduire le risque de maladie d’Alzheimer et d’autres démences. On estime que jusqu’à la moitié des cas de maladie d’Alzheimer dans le monde sont attribuables à sept facteurs de risque modifiables : le diabète, l’hypertension artérielle, l’obésité, le tabagisme, la dépression, l’inactivité cognitive ou le manque d’éducation et l’inactivité physique.

Que puis-je faire pour maintenir ou améliorer la santé de mon cerveau ?

  • Soyez actif physiquement
  • Évitez de fumer et de consommer trop d’alcool
  • Maintenez votre tension artérielle, votre taux de cholestérol, votre taux de sucre dans le sang et votre poids dans les limites recommandées.
  • Restez en contact social et interagissez régulièrement avec les autres.
  • Faire des choix alimentaires sains, avoir une alimentation équilibrée et saine, riche en céréales, poisson, légumineuses et légumes.
  • Réduire le stress
  • Mettez votre cerveau au défi en essayant quelque chose de nouveau, en jouant à des jeux ou en apprenant une nouvelle langue.
  • Protégez votre tête en portant un casque lorsque vous pratiquez une activité sportive.

Recherche en cours sur les facteurs de risque

Les facteurs de risque sont des caractéristiques de la personne, du mode de vie, de l’environnement et des antécédents génétiques qui contribuent à la probabilité de contracter une maladie. Les facteurs de risque ne sont pas à eux seuls la cause d’une maladie. Ils représentent un risque accru, mais non une certitude, que la maladie d’Alzheimer se développe. De même, le fait d’être peu ou pas exposé à des facteurs de risque connus ne protège pas nécessairement une personne contre le développement de la maladie.

Certains facteurs de risque sont modifiables, ce qui signifie qu’ils peuvent être modifiés (p. ex., tabagisme, hypertension artérielle). D’autres facteurs de risque sont non modifiables, ce qui signifie qu’ils ne peuvent être modifiés (p. ex., âge, constitution génétique).

Facteurs de risque modifiables

Facteurs de risque de la maladie d’Alzheimer et des maladies cardiovasculaires

L’hypercholestérolémie, l’hypertension artérielle, le diabète, le tabagisme et l’obésité sont les principaux facteurs de risque modifiables des maladies cardiovasculaires, dont les maladies cardiaques et les accidents vasculaires cérébraux. Les facteurs de risque des maladies cardiovasculaires représentent les facteurs de risque de la maladie d’Alzheimer et de la démence vasculaire. Ces facteurs de risque cardiovasculaire sont plus fréquents dans les groupes plus âgés.

Fumer

Le tabagisme est lié à une vaste gamme de maladies, y compris de nombreuses formes de cancer, de maladies cardiovasculaires et de diabète…. Les données probantes sont solides et constantes. Les fumeurs courent un risque 45 % plus élevé de développer la maladie d’Alzheimer. Ils courent également un risque plus élevé de développer une démence vasculaire (bien que les preuves ne soient pas aussi solides) et même d’autres formes de démence. De plus, les ex-fumeurs réduisent leur risque en ne fumant pas. Il s’agit là d’un résultat encourageant pour la prévention de la démence. Cela signifie que le risque accru de démence peut être évité en cessant de fumer.

Hypertension artérielle

Les personnes qui souffrent d’hypertension artérielle au milieu de leur vie sont en moyenne plus susceptibles de développer la démence que les personnes dont la tension artérielle est normale. L’hypertension artérielle affecte le cœur, les artères et la circulation sanguine. Ce qui augmente le risque de développer la maladie d’Alzheimer, particulièrement la démence vasculaire. La recherche a montré que le traitement de l’hypertension artérielle par l’activité physique peut réduire le risque.

Diabète

La recherche a montré que le diabète de type 2 au milieu de la vie est associé à un risque accru de démence, de maladie d’Alzheimer, de démence vasculaire et de déficience cognitive. En fait, les personnes atteintes de diabète de type 2 sont, en moyenne, deux fois plus susceptibles de développer la démence que les personnes non diabétiques.

Taux de cholestérol élevé

Les personnes dont le taux de cholestérol total est élevé en milieu de vie sont en moyenne plus susceptibles de développer la démence. La recherche démontre que les personnes traitée par des médicaments appelés “statines” ont un risque plus faible de démence. Le traitement de l’hypercholestérolémie est donc important pour la santé du cœur et du cerveau. Un taux élevé de cholestérol est un facteur de risque important pour l’hypertension et le diabète. Cela contribue également de façon indépendante au risque cardiovasculaire.

Obésité et manque d’activité physique

L’obésité et le manque d’activité physique sont des facteurs de risque important du diabète et de l’hypertension artérielle. Elles doivent donc être pris en considération. L’obésité au milieu de la vie peut augmenter le risque de démence et de maladie d’Alzheimer. Pour cette raison, ces facteurs devraient également être prise en compte.

Sources

https://alzheimer-recherche.org/la-maladie-alzheimer/quest-maladie-dalzheimer/facteurs-de-risques/

http://sante.lefigaro.fr/sante/seniors/maladie-dalzheimer/quels-sont-facteurs-risque

About Mathilde de Givry

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *